Descente : DH les 2 Alpes 2006
Publié par Clicos le 28/08/2006 20:20:00 (663 lectures)

Troisème étape de la Coupe de France de Descente aux 2 Alpes, une station autoproclamée capitale mondiale du VTT... (ça n’engage que moi, mais il feraient mieux de moins l’ouvrir à ce sujet...).

Cette fois l’organisation est différente : Dimanche c’est recos toute la journée, lundi c’est 1h30 de recos le matin, puis chrono l’après midi, et même chose le mardi. Bien sûr, y’avait qu’un gusse qui était pas au courant c’était moi,...Car Lundi matin j’ai eu la bonne surprise de voir que j’étais un des seuls à pas avoir encore retiré ma plaque, que la piste avait été limée tout le dimanche par les autres, et que j’avais 1h30 pour apprendre la piste et faire au moins 3 descentes... minimum obligatoire pour pouvoir prendre le départ...d’entrée de jeu ça s’annonce donc plutôt mal !!

Question matos, un bon DH230 avec des pédales auto devrait faire l’affaire.. La piste n’a rien de bien sorcier, elle reprend une partie du tracé de la Mountain of hell, un peu "trashisé", avec ornières et dévers, puis une fin de parcours toute en dévers pour un final sur le bike park avec saut de passerelle. In extremis j’arrive à boucler ces 3 descentes, tout en évitant les principales difficultés ; une grosse passerelle sur le haut du parcours qui donnait sur un drop d’environ 2.50m, un transfert par dessus un ruisseau avec atterrissage dans la boue, et la passerelle finale, qu’il fallait sauter en biais pour faire bien....Ah, Thierry il se la pétait dès que ça volait, ils m’énervent ces BMXeurs et Freeriders "Ben non j’vois pas ou est le problème, y’a 3m et alors ? pfeuh, non ça passe bien, non le vélo ne risque pas de piquer, non on risque pas de se mettre en travers, non tu ne risques pas de rater le virage après et d’être satellisé, oui ça passe tout seul" gna gna gna !!! Moi je passe à côté, et voilà. Thierry justement, il était tout content que la piste ne soit pas boueuse, tout excité de voir plein de poussière qu’il s’est roulé dedans tout le WE !! Allez, 12 gamelles en 3 jours pour l’ancien. MMhh la bonne peuf...Mais gare, y’avais pas que les deux tocards du team sur la course, la relève arrive et le jeune Léo Nobile est là aussi, qui roule en catégorie jeunes pilotes. Plutôt content de sa descente il finit aux deux tiers du classement. A noter que les jeunes ne roulaient que sur la moitié inférieure du parcours des grands.

Quelques minutes après, Thierry s’élance, pour nous pondre un chrono de 3’36, pas mal. Moi ? 4’34 !!!! J’ai réussi à non seulement être lent, mais aussi à me planter 3 fois dont une fois ou il a fallu aller chercher le vélo et le démêler des banderolles, bref, le sketch...2’44 pour Karim Amour, et pan, 1’50 dans les dents.

Le lendemain ne devrait pas pouvoir être pire...en attendant, la nuit j’ai connu le grand luxe : dodo dans un camping car dans le parking coureur, la classe. Avec mon coach d’un WE et sa structure, Gab’Jack Racing. Confort de haut niveau, préparation mentale de très haut niveau d’un pilote de moto qui s’est cassé les 2 bras en même temps en avril...de bon conseil. Concernant le physique là encore, j’écoute le coach : pas d’étirements, de la pizza, du rosé et normalement demain j’aurais des jambes bien lourdes. Le lendemain donc, grosse motivation. Bon, déjà, réinstaller des pédales plates !!! Et ensuite, exploiter mon heure et demie de recos au maximum. Alors hop, une première descente pour s’échauffer, et ensuite je comptais travailler des passages. C’était sans compter sur la poisse, le pneu avant qui perce et c’en est fini de mes reconnaissances....4 descentes en tout depuis lundi matin, et les autres qui en sont déjà à plus de 10... Une réparation de pneu à l’arrache, aucun des passages chauds tentés une seule fois, une journée de recos en moins par rapport aux autres : Tout annonçait une manche finale encore grandiose de ma part....Quant au vieux il en était à sa 10è boîte, mais aussi peut être à sa 11 ou 12è descente.

A midi, un steack, des pâtes, et une visite au stand Lapierre pour quelques conseils de réglages côté suspension. J’assouplis mon amortisseur pour gagner en adhérence sur cette piste transformée en champ de mines.

Mardi après midi, c’est de nouveau à Léo de rouler en premier, il finit 27è sur 37, plutôt pas mal pour une première, et même plutôt bien avec un VTT semi-rigide. Il était content.

Le second CLIC boy au départ, c’est moi... avant le départ je fais le vide et je me dis qu’au lieu de me poser des questions, je vais faire une bonne vieille descente à l’attaque bien à l’arrache comme je sais les faire, à l’ancienne. A la SuperMotard...M’en fous, j’vais tout sauter...bip, bip, bip,bip, biiiiiiiiiiiiip !! hop hop le début de parcours passe comme prévu (à l’arrache mais plutôt vite), j’arrive au dessus de la passerelle, je ralentis, je m’arrête quasiment les yeux rivés sur le drop, souffle et grand coup et lâche tout, hop c’est passé, tac, tac, ça continue dans ces p...d’ornières de plus en plus creusées, ça tabasse mais je reste bien dedans. Y’avait bien des trajectoires un peu mieux partout mais plutôt que de tenter n’importe quoi sans rien connaître je suis resté dans la trace. Transfert dans la boue, ça talonne mais ça passe....le grand gaz juste après a failli mal se finir mais ça passe encore, les jambes commencent à chauffer, jusqu’à devenir brûlantes à l’entré du bike park, je saute la passerelle bien en biais, ratteris en vrac en talonnant, enchaîne sur le dernier saut, réception sur un pied, 2 coups de pédales et c’est fini....ah, j’étais plutôt content de moi, pas de boîtes et j’ai sauté ce que je voulais, pour la dernière du WE...3’40 et 159è temps scratch. Vu les circonstances ça me va.

Enfin, Thierry la fiotte s’élance mais sa Travis décide de rendre l’âme...2 boîtes et 4’28 minutes plus tard, l’ancien rejoint l’arrivée, dépité. Y’a de quoi, entre le pilote qui supporte pas la boue et la fourche qui supporte pas la poussière, la fenêtre de performance est étroite. Enfin l’après midi peu de pilotes améliorent leur temps car la piste est de plus en plus défoncée et lente. Seuls ceux qui se sont planté la veille améliorent, dont Mickael Pascal qui s’impose en 2’43 devant Maxime Rémy et Yoann Barelli. Eh ouais ils ont lâché les freins, eux. Mieux que ça, ils arrivaient à tourner ensuite... Y’a encore des progrès à faire.

Prochain RDV national à la Bresse, dans 3 semaines. Roulez bien.

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -


Autres articles
09/07/2018 19:00:00 - TDJV les saisies
09/07/2018 18:00:00 - TDJV transmaurienne
12/06/2018 13:49:23 - Sondage Stage TIGNES
11/06/2018 21:30:00 - Stage St Sorlin d’Arves Vallée de l’Arvan
03/06/2018 16:00:00 - TRJV Super Besse " la finale"

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.